Lionel started studying baroque music at the early age of 8, on the flute and harpsichord, and after a few years moved to Paris to get a degree at the National Academy Of Music.
It was only the start of a long list of musical skills. Lionel learned to play the pipes, the guitar and then moved to the traditional Irish flute and concertina, attending many courses at the Willie Clancy Summer School.
Now we can say Lionel is a hard worker. He played many venues across Europe (Spain, England, Austria) and had the great honour to be invited to perform at the flute recital in Miltown Malbay. But what really pleases him is to go the local, to practice and play in sessions.
Lionel teaches ancient music at the Music Academy of Paris (7th district), and is a melodist, with Jean-Paul, of the Celtic Dance show. Of course, he is the official flute player with the Dusty Feet Ceili Band.



A huit piges il s'entifle au conservatoire pour y apprendre la musique ancienne à la flûte à bec et au clavecin en bas, du côté d'Angoulême. Puis, un peu plus tard j'vous le concède, il décide de monter faire un brin de causette à la capitale, histoire de finir proprement ses études musicales. Avec son flutiau, c'était un artiste. Pendant des années il a traversé l'Europe façon bourlingue : avec l'Orchestre National de France et le Mozarteum de Salzbourg, il a joué en Espagne, en Angleterre, en Autriche...
Mais en matière d'embrouilles musicales, notre Lionel n'en était qu'au hors-d'œuvre. Coup sur coup, et à la feuille, il a donné de la cornemuse, tâté du flageolet français et s'est même envoyé "Les portes du Pénitencier" à la gratte électrique. Mais là on a frôlé le dépôt de bilan.
Un soir alors qu'il dessoûlait au volant de son ami 8 break , seul sur une route de cambrousse, il entend à la radio un truc à dérider maton : c'était de la musique irlandaise. Ca l'a assis. Il a coupé le moteur de la fumante pour mieux entendre, et il s'est dit "y a pas à tortiller, c'est ça que je veux faire".
Il a filé fissa jusqu'en Irlande pour y rencontrer les gars du cru et apprendre avec eux la flûte irlandaise et plus tard le concertina."Il n'est pas nécessaire d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer". C'est comme qui dirait sa devise au Yoyo.
Maintenant il est prof de musique ancienne au conservatoire du VIIème à Paris, parce que dans le métier c'est pas honnête d'abandonner une vieille connaissance, et puis ça amuse les minots et ça lui ramène un peu de grizbi. Mais ce qu'il préfère, et c'est pas qu'il ait un penchant pour la gobelette, c'est aller au pub en bas de chez lui, et descendre à la cave pour y déballer son artillerie à l'abris des oreilles sensibles et bosser pendant des heures.
Ca se pourrait bien que vous le croisiez un de ces quatre !